Entrée au Cambodge et Phnom Penh

Passage de la frontière

Après un passage rapide à la capitale Vietnamienne pour récupérer nos passeports et visas de sortie, on prend la direction du poste frontière de Moc Bai/Bavet.

Côté vietnamien, on va chercher notre tampon de sortie chacun notre tour pour garder un œil sur nos motos et sacs. Une file est exclusivement réservée aux bus, les chauffeurs arrivent avec une pile de passeports et un billet glissé dans le tas. Après avoir récupérer mon passeport non-tamponné, un chauffeur de bus m’indique une file bien plus longue où attendent les locaux. « Ici pas d’argent, pas de tampon ». 10 minutes plus tard, le tampon est apposé sans problème et sans payer. Aucun soucis pour le second passeport, on sait désormais qu’il faut encore une fois suivre les locaux. Vous pouvez changer vos dongs près de l’entrée du hangar.

Côté cambodgien, à peine descendu des motos, un local nous aide à remplir nos fiches de demandes de visa. Mais quand il comprend que l’on refuse de payer 5USD supplémentaire par visa pour accélérer le processus, il disparait. L’officiel insiste pour que l’on paye ne serait-ce que 2USD, apparemment sans pot-de-vins il nous faudra attendre plusieurs heures. Au bout de vingt minutes, on récupéré passeports et visas sans avoir eu le besoin de payer. Les locaux qui proposent leur aide récupèrent une partie des dollars payés en surplus, d’où leur insistance pour nous aider et pour que l’on paye. Il ne reste plus qu’à aller chercher notre tampon d’entrée, rien de plus facile.

Un local insiste qu’on va devoir payer 5USD par moto. Pour un autre, c’est 10. Au final, on pousse les deux-roues de l’autre côté de la frontière, le poste de douane est désert. Vite on les démarre et on pénètre au Cambodge. A notre qu’on a passer la frontières aux alentours de midi et demi, d’où surement l’absence de monde au bureaux délivrant les visas et dans le poste de douane. Peut après la frontière, ACLEDA Bank peut changer vos dongs en riels ou dollars.

Phnom Penh.
On s’arrête à Neak Loeung pour la nuit avant de passer le Mékong en direction de la capitale. Les cinq derniers kilomètres avant de rentrer dans Phnom Penh se font sur une route en travaux, une piste dont les nombreux trous et bosses finiront par décrocher le porte bagage de Rantanplan. Après l’avoir rattaché tant bien que mal, on parvient à notre hôtel cinq minutes plus tard.

Lavés de la poussière de la route, on part vers le palais royal. Le complexe est très joli, même s’il n’est pas très grand. Les bâtiments sont impressionnants de par leur architecture. On retire nos chaussures pour pénétrer dans le temple du Bouddha d’émeraude où de nombreuses reliques sont conservées sous-verre. Plusieurs Stuppa se dressent sur le site, l’une d’elle commémore la fille du roi. Une visite intéressante, un bon moyen de commencer notre aventure au Cambodge.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *