Bienvenue à Angkor

D’une traite depuis Battambang on rejoint Siem Reap. A une trentaine de kilomètres de notre arrivée, le porte-bagage accompagné du sac se détache de Rantanplan et glisse sur la route. Sous un soleil de plomb, on s’active à rattacher le tout en espérant que cela tienne le temps d’arriver à notre hôtel. Puis, on prépare notre aventure dans les temples d’Angkor. On a pu lire beaucoup de choses sur internet, quelques fois contradictoires, avec les meilleurs parcours et bons plans. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises méthodes. On a remarqué que le site se remplissait surtout à partir de neuf heures. Mais on avait un gros avantages pour semer la foule, Rantanplan et Tango Charlie. Voilà ce que nous avons fait sur trois jours. (3 articles)

Jour 1.
Levé à quatre heures du matin, on rejoint la billetterie dans la nuit. Après un peu d’attente, on récupère nos fameux pass (40 USD pour 3 jours) arborant nos têtes endormies. Déjà on repart vers Angkor Wat pour y voir le lever du soleil. A la lumière d’une lampe torche, on remonte l’allée centrale tels des explorateurs. La plupart des touristes vont du côté gauche (vue un peu plus dégagée, nénuphars), du coup on part s’installer du côté droit avec quelques autres. Il ne nous reste plus qu’à attendre six heures du matin.

Des employées circulent en proposant des breakfast et du café, mais nous sommes venus armés de céréales. Les premières lueurs apparaissent, les tours mythiques se dessinent doucement. Les couleurs ne sont pas extraordinaires, mais le soleil surgit de derrière le temple, rouge, flamboyant. Déjà la foule se disperse. On patiente un peu avant de s’aventurer à notre tour dans Angkor Wat. On le traverse, sans vraiment encore réaliser où l’on est. Puis on le longe en retournant vers le scooter. On redécouvre l’allée centrale de jour, magnifique mais moins mystérieuse.

Sur notre deux-roues, on file vers Prasat Kravan, une ancienne bibliothèque dont il ne reste pas grand chose. Un bâtiment a été conservé, quelques gravures de Shiva et de ses disciples décorent les pierres. On en fait rapidement le tour, et on repart vers Pre Rup.

On longe le lac de Srah Srang avant d’y arriver. Il y a peu de monde sur le site, on en profite. Du haut des escaliers bien pentus, on a une belle vue sur la campagne alentour. Ses trois imposantes colonnes se dressent toujours aujourd’hui. Il est huit heures et demi du matin quand on reprend la route.IMG_3283On part jusque Banteay Samre à l’écart du site. On arrive en même temps que deux groupes de touristes, qu’on évite facilement dans le complexe. Après une sympathique visite et une courte pause sur l’ancienne allée de pierre, on rebrousse chemin pour aller voir East Medon. Quelques statues d’éléphants agrémentent le premier palier. Cinq petites tours celui d’au-dessus.
A dix heures, nous voici devant la porte aux quatre visages de Banteay Kdei. Le temple est tout en longueur. On apprécie les nombreuses gravures et sculptures très bien conservées. On se balade tranquillement dans un dédale de salles alors que le mercure augmente. Il y a peu de monde dans le temple. On quitte le site d’Angkor fatigué, une petite sieste s’impose.

On repart vers Angkor Wat pour le coucher de Soleil. On décide de se garer côté Est, la foule vient de l’Ouest. On retrouve l’intérieur du temple et on parvient à se glisser entre les barrières juste avant que les gardes ne ferment l’entrée aux escaliers qui mènent au sommet. Il est déjà dix-sept heures. A peine arrivés en haut, on nous presse pour redescendre. On part tout de même faire le tour, apercevant par les fenêtres en pierres la forêt verte et le reste du complexe. La lumière commence à descendre et colore les murs d’une jolie teinte orange. On était les derniers à monter, on sera les derniers à repartir.

Mais Angkor Wat n’est pas encore fermé et on a donc le temps de rejoindre l’allée principale que nous avions foulé ce matin. La vue du temple illuminé est sympathique, mais devant la foule, on repart dans le complexe désormais vide. Les gardes nous prient de repartir dans vers l’allée principale, mais grâce à notre moto garée de l’autre côté, on peut encore profiter un peu plus du temple. Un dernier regard vers les tours mythiques, le ciel est magnifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *