Archives de catégorie : Royaume-Uni

Pays de Galles, Ecosse

Pays de Galles.

Mont Snowdon.
Situé dands le parc national de Snowdonia, le Mont Snowdon est le plus haut sommet du Pays de Galles. Troisième sommet du Royaume-Uni, il se dresse à 1082m. On part de Penny Pass vers 15h pour une randonnée d’une dizaine de kilomètres. 800m de dénivelés nous séparent du sommet. Une très jolie balade, un peu physique tout de même.

Le paysage est magnifique même si la vue depuis le sommet est bouchée par moments par les nuages qui nous entourent. La descente est plus simple que la montée, bien évidemment. On retrouve les moutons qui paîtrent le long du chemin. Après trois heures et demi d’exercice, nous voici de retour dans la voiture. Direction l’Écosse.

Écosse.

Édimbourg.
Sur la route, on s’arrête à Carlisle pour tenter d’apercevoir le mur d’Hadrian qui malheureusement ne part pas, ou plus, du château de la ville. On repart donc bien vite pour rejoindre la capitale écossaise. On se gare près de le palais de madame la Reine, quand elle est en visite. On remonte High Street, la principale rue de la vielle ville, bordée de magasins et de pubs.

La cathédrale St-Giles donne un certain cachet à cette rue. Très animée, on y flâne avec plaisir. Malheureusement, il est trop tard pour accéder au château d’Édimbourg. On passera la soirée dans un pub, devant un bon match de rugby.
On commence la journée du lendemain par une balade dans Holyrood Park. Du haut de la falaise, on peut voir jusque loin les toits de la ville et des monuments hier aperçus. Sur une butte, de l’autre côté, se dresse un semblant de monument aux allures romaines sortis de nulle part.


Loch Ness.
Un simple lac très long qui ressemble à tout les autres loch d’Écosse. Un endroit qui ne vaut vraiment pas le détour. Les rives ne sont bordées que de quelques boutiques souvenirs, d’un hôtel et d’un musée, payant bien sûr, racontant les diverses expéditions. Seul attrait historique, le château en ruine de Urquhart. Détour à éviter.

L’île de Skye.
La route menant à l’île est magnifique et nous rappelle fortement le Nord de la Norvège tant le paysage est vaste et isolé. L’accès à l’île est gratuit depuis quelques années. On en fait le tour en une matinée.

 

.

Malheureusement, le temps est maussade aujourd’hui et nous ne nous risquons donc pas à faire la balade menant aux formations rocheuses bien connues de l’île de Skye, préférant éviter la pluie. On continue donc notre route en longeant le littoral. Le paysage est superbe et semble immuable. La route ne passe pas assez près de l’eau à notre goût, on se souvient des routes norvégiennes et croates.

L’Angleterre, de l’autre côté de la Manche.

Londres

Après deux heures de ferry en pleine nuit et trois heures de routes, on se gare enfin dans la périphérie de Londres pour aller découvrir la capitale. Une fois nos onéreux tickets de métro achetés, on se met en route. Premier stop au centre des affaires, d’où on rejoint le pont de Londres d’où l’on peut apercevoir sous la pluie le Tower Bridge, symbole de la ville.

.

.On marche jusqu’à la cathédrale St-Paul, imposante par sa taille et son architecture qui détonne

parmi les bâtiments bien plus récents qui l’entoure. La visite de la ville se poursuit sur Oxford Street qui l’on descend jusque Marble Arch. On longe Hyde Park pour retrouver au final Buckingham Palace, lieu incontournable.

.

On traverse St-James Park en compagnie d’écureuils bien amicaux pour retrouver Big Ben et l’abbaye de Westminster. Monuments impressionnants en plein milieu de la mégalopole. C’est avec le bruit des cloches de la mythique tour de Big Ben que l’on reprend le métro pour quitter la ville, toujours sous la pluie. Il nous faudra deux bonnes heures pour parcourir 50km en voiture, pour rejoindre Little Chalfont dans la banlieue nord-ouest où l’on passera la nuit chez un ami rencontré en Australie.

.

.Stonehenge.

C’est en arrivant par la route que l’on aperçoit pour la première fois Stonehenge. Et c’est au parking de l’attraction que l’on découvre que la visite est payante. Mais on se dirige tout de même vers le monument deux kilomètres plus loin pour tenté de s’en approcher un maximum, sans payer bien sûr. Un petit détour à travers champs contourne l’entrée, et on se retrouve à moins d’une vingtaine de mètres des pierres. Séparés des riches touristes par une clôture et cinq petits mètres. Au final, on repart avec de belles photos sans avoir eu besoin de payer 17£ chacun.

Bath.

Un beau petit arrêt pour une promenade sympathique qui nous mènera à la cathédrale, aux bains romains et au circus, qui consiste en une place circulaire entourée d’une barre d’immeubles concaves.

Scafell Pikes.

Après avoir une première fois tenté vainement de trouver le chemin du sommet en montant vers l’Écosse. On retente donc notre chance en redescendant vers l’Angleterre. On emprunte une très petite route qui traverse des pâturages avant de longer un lac, magnifique sous le Soleil. Nous voici donc enfin au pied de la montagne, on ne peut pourtant pas encore apercevoir le sommet, caché derrière d’autres.

On s’élance à l’assaut de ce pic de 977m en compagnie d’un peu de monde. La montée est régulière, longue et sportive. Le sommet ne se découvre qu’à la fin, un tas de pierres dans les nuages. Mais la vue sur le Lake Distrit est vraiment belle. Depuis ce monticule de cailloux gris, on aperçoit en contrebas de vastes étendues vertes séparées de long murets de pierres.

La descente est un peu plus ardue. En effet, on emprunte le second qui mène au sommet. Sauf qu’il descend droit dans la pente, sans lacets. On se retrouve donc sur un flanc de montagne, obligés de trouver notre propre chemin au milieu des pierres mouvantes. Un peu d’adrénaline avant de récupérer notre première route beaucoup mieux aménagée. On retraverse la rivière qu’on a franchit au début de l’ascension avant de rejoindre le parking quelques kilomètres plus loin.