Archives de catégorie : Italie

La cité aux 117 îles, aux 400 ponts.

En arrivant à Venise, la première chose qui nous frappe n’est pas sa beauté ou son originalité; non, c’est surtout le prix du parking presque exclusivement à la journée, bien sûr. Mais une fois cet obstacle franchit, les premiers pas annoncent rapidement la couleur. Des ponts à n’en plus finir et de nombreuses ruelles qui nous font abandonner l’envie et le pouvoir de suivre une quelconque carte.

L’objectif principal était de se rendre à la place et basilique St-Marc; après de nombreux d’égarements dans les ruelles, balade rendue possible par l’heure très matinale et l’absence de monde (touristes et vénitiens compris), on découvre le pont des soupirs et également la foule après une heure de tranquillité.
La place St-Marc et ses pigeons nous accueillent ensuite, avec sa tour et sa basilique dans le fond; mais nous ne nous attardons pas pour repartir aux travers des ruelles pour aller rejoindre l’église sur l’autre rive.

Connaissant désormais le prix du parking et ayant perdue Venise à la foule de touristes, on s’autorise encore quelques détours avant de rejoindre la voiture. Petit bémol pour Marie, on n’aura jamais trouver la place d’où Indiana Jones quitte les catacombes.

A savoir :

  • – En voiture, les 3 premiers parkings sont à la journée (autour de 30 euros). Le parking S. Andrea suit un tarif à l’heure (7 € les 2 heures). A réfléchir en fonction du temps et du budget.
    A noter que Venise est également accessible en bus, tram et train (parking moins onéreux à Mestre).
  • – Privilégiez une heure matinale ! Avant 10 heures la ville sera à vous, à savoir que de nombreux touristes optent également pour l’option parking + bateau à Mestre et débarque donc de l’autre côté (Place St- Marc).
  • – Si vous avez le temps, perdez-vous gaiement dans ce labyrinthe !
  • – San Dona di Piave : Petite ville sympathique sur la route de la Croatie.

Tout les chemins mènent à Rome.

« Attention, à Rome, la circulation c’est n’importe quoi. Ils sont inconscients ! » FAUX, les Romains conduisent très bien, comme des italiens. Après quelques difficultés à rentrer dans Rome, nous voici longeant le Tibre en direction de la cité du Vatican. Premier arrêt sur la place des Espagnols qui se trouve sur la route, mais les échafaudages cachent tout ! Le trajet n’aura pas été vain, nous avons trouvé un plan de ville par terre… en russe. Retour donc vers le Vatican et la fameuse basilique St-Pierre avec notre plan gratuit en mains; on dépasse le château St-Angelo qu’on ne visitera pas. Nous voilà donc place St-Pierre sous une chaleur écrasante, devant nous se tient le symbole de la cité; et nous ferons la queue pendant plus d’une heure, en plein soleil bien sûr, pour avoir le plaisir d’en découvrir l’intérieur. Cette attente en vaut bien le coup, nous élisons cette basilique « Plus belle église de Rome » (et même plus belle église que l’on a pu voir).

Ensuite direction le musée du Vatican avec à son apogée la chapelle Sixtine, rien de mieux que deux heures de marche dans un musée après s’être épuisé au soleil. Très beau musée où se côtoient Botticelli, Raphaël, Vinci, et d’autres grands noms. L’apothéose réside dans la chapelle, même si les nombreuses coupoles et autres plafonds que l’on peut observer en s’y rendant sont tout aussi beau. On notera que le long couloir qui nous y emmène, tapissé de cartes et représentations de l’Italie à travers les âges et dont le plafond est un véritable patchwork de tableaux coupe déjà bien le souffle.

Après la chaleur, la fraîcheur des nombreuses fontaines. La place aux trois fontaines, comprenant celle des Quatre Fleuves est très sympathiques; pleins d’artistes peuplent les pavés, la musique nous entraine joyeusement visiter les églises qui entourent la place. Retour fatigués par la place Popolo et son obélisque qui clos ce premier jour.

Mais on ne peut visiter Rome sans se balader dans l’arène du fameux Colisée. On débute ce second jour par une marche jusqu’au Panthéon, ce monument d’un autre temps qui définit ce dont sera fait le reste de la journée. On passe devant le Lago Argentina, des vestiges romains devenus air de repos pour chats. La place Venezia se dévoile à nous sous une chaleur étouffante, puis c’est au tour du Circo Maximo .


On se retrouve à l’entrée du Palatino, et nous voici projeté deux milles ans en arrière. Cette longue et agréable balade au milieu des fondations de Rome se poursuit jusqu’au forum; à noter qu’un musée situé dans le Palatino explique bien la naissance de la ville à travers les âges.

Direction à présent le Colisée, ce mastodonte qui se dresse dans la cité romaine et qui nous laisse un fier héritage d’architecture et d’ingéniosité. On s’introduit à l’intérieur et on découvre l’entée des spectateurs qui nous mène aux gradin comme l’on fait de nombreux romains il y a fort longtemps; avant de voir l’arène et les sous-sols.

On repart vers la fontaine de Trévise, on évitant à nouveaux les vendeurs de selfies et les romains en gladiateurs. Malheureusement, la fontaine était en rénovation alors ce sera pour la prochaine fois ! L’au-revoir à Rome se fera par la traversée du parc Borgès, un havre de paix qui remplace les coups de klaxons et le surpeuplement touristique.

A savoir:

  • – En dehors du centre, la plupart des parkings ne sont pas cher ! 4 euros pour 8 heures. A savoir également qu’il y a un grand parking avec un accès direct au tram, à 300m du pont Risorgimento, à 1km à pied en ligne droite de la piazza di Popolo et gratuit le samedi et le dimanche.
  • – Achetez vos billets pour le Colisée au Palatino ! Il y a beaucoup moins de monde, le ticket pour le Palatino est valable pour le Forum et le Colisée également. 12 euros pour un adulte, 7 entre 18-25 ans résident de l’UE.
  • – Pour le musée du Vatican, n’achetez surtout pas vos tickets à la basilique St-Pierre. Facturés 25 euros au lieu de 16. L’entrée du musée est à l’extérieur de la place. (tarif réduit à nouveau pour les 18-25).
  • – Pas besoin d’acheter des bouteilles d’eau, de multiples fontaines publics coulent à flots d’une eau bien fraîche et gratuite !

Sur la route de Rome

Après 400 km nous voici arrivée à la première étape de notre voyage. Quitte à se rendre en Italie, et surtout à Rome, Pise et Florence nous semblaient parfaites pour commencer notre périple. Notre objectif étant bien évidement de dépenser un minimum d’argent, notre budget est quelques peu limité, d’où notre décision de ne pas emprunter d’autoroutes et de passer par la route côtière (beau mais long !).

Arrivés à Pise le matin, on a facilement réussit à trouver une place de parking dans ce que l’on croit être un quartier près de la fameuse tour (sans GPS les certitudes routières se font rares) ! On suit ensuite un groupe important de touristes en espérant qu’il nous mènera vers elle. Après avoir croiser pas moins de sept vendeurs de selfie sticks et de nombreux stands de souvenirs; nous découvrons enfin remparts protégeant la fameuse tour penchée… mais pas que ! Un musée, une cathédrale et une église trône également sur la place.

Première rencontre avec des monuments Italiens, on immortalise leur blancheur et nous voilà déjà repartis !

 

70 km plus loin, on arrive dans le berceau de la renaissance, Florence. Garés dans le centre, on se dirige vers les nombreux clochers que l’on peut entre-apercevoir et bien rapidement on découvre la cathédrale avec son architecture imposante et impressionnante. Au fur et à mesure de suivre touristes et clochers, le tour de la ville se fait assez rapidement. On n’ira pas voir la tour Giotto et la place Michel-Ange, trop excentrés pour le faire à pieds. Après un retour chaotique (trop de choses qui attirent les regards, puis les pas), on repart direction Rome !

A savoir:

  • – A Pise le parking gratuit et facile à trouver : il se situe à environ 200 mètres de l’entrée du site.
  • – A Florence, éviter les vendeurs au noir pour les parkings, ça ne vaut pas le coup pour un euro. Les parkings sont nombreux; mais plus on se rapproche du centre plus c’est cher !