Archives de catégorie : Passage frontière

Frontière Tamu – Moreh

Récit en plusieurs étapes de notre passage en Inde.
 
Jour 1 : Départ en Bus de Mandalay vers 15h30, on arrive à Tamu (ville frontière) le lendemain matin. La route fut longue et chaotique, mais on est parvenu à faire une petite sieste de quelques heures.
 
Jour 2 : On parvient donc au poste frontière birman vers 8h45 après 3km de marche depuis la gare routière. Il nous faut attendre notre « guide » qui amène avec lui nos précieux permis nécessaires pour traverser la frontière. Il semble y avoir un problème avec les permis, impossible d’en savoir plus. Vers midi, on décide de quitter le poste pour aller manger. On déniche ainsi un superbe restaurant où les gens sont très gentils et la nourriture abondante et délicieuse ; on se goinfre pour compenser l’omission du diner d’hier soir. 4000 Kyat à deux, soit 3 modestes euros pour un festin. On avait pourtant bien commandé une assiette de riz-poulet et une de riz-oeuf…
Peu après 15h, on apprend qu’on ne pourra pas passer aujourd’hui. Mais on passera demain matin à 10h ! Retour donc en ville pour trouver une auberge pour la nuit. Le ciel s’est obscurcit. On assiste au premier orage, la mousson s’approche.
 
Jour 3 : C’est sous la pluie que l’on rejoint le poste frontière. On y retrouve un malaisien rencontré hier à l’auberge, et Bruno, un jeune retraité français. On patiente longuement comme la vielle, sans plus d’informations. Quelques parties de Uno et plusieurs discussion plus tard, il est déjà temps de retourner à notre nouveau restaurant fétiche pour un autre gargantuesque déjeuner. On rentre en courant, sous la pluie, pour patienter d’avantage. Puis, on apprend qu’à cause d’une décision gouvernementale, une nouvelle loi pour les passages de frontières par voie terrestre va être mise en place. En attendant la dite mise en place, toutes les frontières sont désormais fermées jusqu’à nouvel ordre. Nous sommes donc coincés, pourtant si près de l’Inde. Notre visa birman expire le 21 mai 2016, aujourd’hui nous sommes le 18 mai 2016.
 
Jour 4 : Une nouvelle nuit à Tamu plus tard, on monte dans le bus en compagnie de Bruno, direction Mandalay. Il est 11h du matin, on devrait arriver dans la nuit dans l’ancienne capitale. En fin d’après-midi, on se stoppe pendant une bonne vingtaine de minutes. Le pont s’est effondré, nous coinçant du mauvais côté. « Heureusement », il y a le pont jadis utilisé par le train. On s’engage sur la voie, quelques dizaines de mètres au-dessus d’un fleuve. Il pleut, et il n’y a presque pas de barrières. En contrebas, des camions, trop lourds pour le pont, tentent de traverser à même le fleuve. Ils sont en mauvaise posture, à moitiés renversés.
 
Mais on passe, grâce à l’habilité du chauffeur. On continu notre route, la pluie à fait d’autres dégâts. On emprunte des petites routes boueuses, les « stewards » sortent à plusieurs reprises du bus. Ils éclairent la route avec des petites lampes torches pour juger le passage possible ou non, courent à côté des roues avec des buches de bois dans les mains au cas où il faudrait bloqué le bus ; pieds nus dans la boue, sous la pluie, mais toujours le sourire aux lèvres.
 
Jour 5 : On arrive sains et saufs à Mandalay, avec une courte sieste pour nous requinquer. On retourne à l’hôtel qui nous à hébergé lors de notre dernier séjour pour regarder les vols en partance pour l’Inde ou la Thaïlande. Malheureusement l’aventure par voies terrestres s’achève donc à Mandalay, on ne peut sortir du pays que par les airs. On aura réussit à faire MoscouMandalay au sol, ce qui est déjà pas mal.  

Jour 6 : Notre avion part en début d’après-midi de Mandalay pour rejoindre Bangkok, dans la soirée on prend un autre avion vers Dehli. On ne pourra donc pas voir le nord-est de l’Inde. Arrivés à l’aéroport de Mandalay, on est obligé de retirer quelques affaires de nos sacs pour éviter de payer un supplément. Une fois à Bangkok, ce ne sont plus nos sacs le soucis mais le billet de sortie de l’Inde. Il nous faut apparemment un billet pour ressortir de l’Inde, ce qui ne nous a même pas été réclamé au consulat. Impossible de récupérer nos billets pour Delhi sans ce billet de sortie. Et impossible pour nos interlocuteurs de concevoir que certes nous sommes touristes mais nous ne voyageons pas en prévoyant tout, et surtout pas un avion avec quatre mois d’avance. On argumente que l’on se rend au Népal après l’Inde. Bornés, ils insistent pour voir un billet d’avion pour sortir du Népal. On est obligé de réserver un vol, en espérant pouvoir se faire rembourser par la suite.

Jour 7 : Après une courte nuit sur des fauteuils à l’aéroport de Colombo, il nous reste encore toute une matinée à attendre. Il est six heures du matin et ici le café coûte 5 USD, autant dire que la journée sera longue. Mais voilà, une semaine après avoir quitté Mandalay dans la quête de passer en Inde, on atterrit enfin dans le pays en début de soirée.

A savoir :
– Il existe un bus direct pour Tamu. Il part de la gare routière du centre-ville. 18,300 kyat pour 16 heures de trajet depuis Mandalay. Dans l’autre sens, le billet est à 15,000 kyat. Canette de Coca-Cola ou de boisson énergisante offerte.
– A Tamu, Power Guesthouse a des chambres à 7,500 kyat. 15,000 pour une chambre double.
– Le fameux restaurant se trouve juste avant la fourche en venant de la ville. C’est le dernier restaurant avant que la route ne monte, et avant la frontière.
– Un taxi pour l’aéroport de Mandalay coûte 4,000 kyat par personne, où 12,000 kyat en taxi privatif.
– Impossible de changer les kyat en dehors du pays.
– Billet d’avion pour sortir de l’Inde à présenter au check-in et à l’embarquement.