Jiuzhaigou, entre cascades, lacs et bus.

Après une nuit dans le train jusqu’à Gangyuan, on rejoint la gare routière (bus 28) pour prendre le bus pour Jiuzhaigou. Environ six heures de route plus tard, on nous dépose bien à Jiuzhaigou, mais à 40km de notre destination. Arrêtés à la gare de la nouvelle ville, il faut rejoindre un arrêt de bus dans l’ancienne partie de la ville. Heureusement, un policier nous propose de nous emmener (2-3km) et cherche pour nous le bus public qu’il nous faut prendre. Les taxis vous harcèlent à la gare pour vous emmener pour 50 yuans, le bus vous en coûtera 5. On parvient enfin à Jiuzhaigou (scenic area), il fait déjà nuit et froid. Bienvenu sur le plateau tibétain.

On se voit obliger d’acheter, en plus du billet d’entrée, un ticket de bus pour se déplacer à l’intérieur du parc. Tout les chemins sont fermés pour la basse saison, on ne peut guère marcher. Ce sera donc une balade en bus avec des stops aux points de vues. Deux jours à évoluer dans le parc avec le froid saisissant, on se retrouve entre 2500 et 3100m d’altitude. Malheureusement, l’accès à la forêt vierge (un des plus beaux spots) est coupé. On profite pleinement du reste du parc, le peu de chemins encore ouverts sont très bien aménagés.

Les couleurs sont incroyables. L’eau translucide révèle de nombreux troncs d’arbres et autre végétation aquatique. Les cascades sont splendides, d’une multitude de formes différentes. Les lacs, immense, reflètent parfaitement la beauté du paysage montagneux qui nous entoure. Les rayons de soleil sont appréciés. Ce parc est certainement un joyaux de la Chine.


Le deuxième jour est moins cher (20 Yuans au lieu de 80), mais on est obligé de repayer un ticket de bus (80). On retrouve Romain et Solène (a-vos-sacs-prets-voyagez.fr), le couple de français rencontré la veille, on se plaint du manque de chemins praticables et on fait un bout de route ensemble, en bus bien sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *