Shanghai, entre modernité et tradition.

Shanghai.

Les grandes tours s’élèvent au-dessus des gratte-ciels déjà bien hauts pour disparaître dans les nuages. On découvre la skyline de Shanghai depuis la rive opposée. On traverse cette forêt de buildings pour rejoindre le consulat vietnamien où l’on dépose nos dossiers (VISA).

Les jardins Yu et Yi.

Le jardin Yu, situé en plein cœur de la ville se trouve derrière la cour d’un temple où l’on assiste à une cérémonie originale. Les gens remplissent des sacs de pliages en aluminium, entres autres ; puis les déposent au pied d’une grande statue devant laquelle des moines psalmodient en musique. On accède au jardin par le centre historique très touristique. L’endroit vaut le détour. Un labyrinthe de rochers, de ponts, d’étangs et de corridors. On flâne, on s’y perd allégrement pendant une bonne heure.

On rejoint People’s Square en descendant Nanjing Road, la très grande rue commerciale de cinq kilomètres de long. Puis on file vers le Yi garden (ou Guyi) situé en dehors de la ville. On s’y promène tranquillement, le parc est vide et calme. On retrouve les ponts en zigzags comme ce matin, et également une grande forêt de bambous. Agréable pour y passer une après-midi.

La vielle ville de Qibao.

A une demi-heure de métro du centre se trouve la vielle ville. Ou plutôt la vielle rue étroite où tout le monde se bouscule au milieu des magasins de souvenirs ou des échoppes de street-food. La vue depuis les ponts sur le canal où flottent de vieux bateaux est sympathique. Une pagoda s’élève à quelques minutes de là, un temple à son pied. On choisit de ne pas les visiter, on a déjà vu un nombre suffisant de temples.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *