Archives par étiquette : Dubar Square

Kathmandou, ville en reconstruction.

On rejoint le poste frontière de Khakarbita en bus. On insiste auprès du douanier pour ne pas payer une photocopie de visa puisque c’est son ordinateur qui ne marche plus. Comme toujours, notre patience aura raison de lui. On peut donc quitter le pays sans soucis. On traverse le pont qui nous sépare du Népal, le poste-frontière nous attend, caché derrière des palmiers. Quelques formalités plus tard, nous sommes officiellement dans le pays (VISA).

On quitte la frontière à 16h, direction la capitale. 18 heures de route nous séparent de Katmandou, la nuit sera longue. L’arrivée dans la ville encore plus longue. Il nous faut presque trois-quart d’heure pour rejoindre notre hôtel. Aussi, on profite de l’après-midi pour se reposer. Durant les jours suivant, on se ballade dans le quartier de Thamel et ses alentours. On commence nos journées par un bon déjeuner de sel rôti (donuts de pâte) et de pancakes dénichés dans la rue pour 10 roupies.

Les Dubar Squares de Katmandou.
Katamandou.
Le square a été le plus touché des trois. L’endroit est sympathique et vivant malgré les fissures et tas de briques. Il est simple de contourner le guichet en empruntant les petites allées, les guichets sont souvent vides.
.

.

.

Patan.
On saute du tempo, contents de ne plus être serrés à 12 à l’arrière du véhicule. On contourne le guichet facilement. Le square est un peu plus petit que celui de Katmandou, les tas de briques sont également présents. Un défilé prend place en longue file, certains locaux portent des masques d’animaux, une petite fille marche en arrière sur un ruban, une dame âgée ferme la marche sur le même ruban. On continu notre balade dans les rues qui s’éloignent du square. On tombe sur un autre temple et sa petite cour avant de rejoindre le Golden Temple.
Comme son nom l’indique, il est doré et brille au Soleil. L’endroit est petit, mais très sympa. C’est mardi, jour de prière, alors les femmes font la queue dans la rue, habillées de rouge, pour déposer quelques offrandes sur l’autel de petits temples. Les hommes, eux, défilent en musique. Dans la rue on peut trouver des oignions pakodas, des oignions fris avec de la pâte que les locaux font exclusivement pour les jours saints. On rejoint le centre de Katmandou à pied, pour profiter de la ville.
Bharakpur.
Après une bonne heure de bus, on parvient à l’entrée Ouest de Bharakpur où l’on nous réclame un ticket. On fait demi-tour, et on s’engage dans une ruelle en contrebas du guichet. Une nouvelle fois sans payer l’entrée exorbitante, on parvient près du square. Pour une fois, il est entouré d’une véritable vielle ville qui invite à la balade. Après une bonne assiette de momos pas chère, on entame la visite des deux petites places. Les temples sont superbes, ornés de magnifiques statues. Le tremblement de Terre a épargné une grande partie des bâtiments. Pour nous, ce fut le meilleur des trois.

La Swayambhu et le Boudhanath.
5 kilomètres nous séparent de la colline ou se trouve le Swayambhu. Sur le chemin, on passe la rivière et un petit temple coloré de drapeaux à prières. On longe les moulins à prières jusqu’aux escaliers qui mènent à l’accès Sud, évitant ainsi le guichet. On arrive sur une petite place, plusieurs stupas s’y dressent. Un peu plus loin, et plus haut sur la colline, se trouve le monastère. On par dans l’autre direction pour rejoindre la fameuse stupa.

Sa taille est impressionnante. L’oeil de Bouddha guète la ville. Une bonne cinquantaine de petites stupa d’un peu moins de deux mètres de haut sont regroupées sur la place. Les magasins vendent des masques colorés qui décorent les murs. C’est un endroit où l’on aimerait bien rester. La vue sur la ville est superbe, Katmandou dans sa vallée. On redescend par les escaliers Est, les principaux, bordés de statues.

Après avoir déposé nos demandes de visa pour la Thaïlande (VISA), on marche six kilomètres pour rejoindre le Boudhanath. On passe devant le guichet, personne ne nous arrête pour payer. La statue de Bouddha qui surmonte l’immense pagode est entourés d’échafaudages, on fait le tour de la place, longeant une bonne centaine de moulins à prières. Le lieu est calme. On monte dans un temple pour bénéficier d’une vue globale de la place. Au rez-de-chaussé, un impressionnant moulin à prière tourne, poussé par des locaux. On se ballade rapidement dans les rues aux alentours, à la recherche d’autres temples. Mais ils sont soit en réparation, soit trop modernes.

A savoir :
– Bus de Siliguri à Khakarbita, 25 roupies pour une heure.
– Bus de la frontière à Katmandou, 1050 roupies pour 18 heures de trajet, un litre d’eau offert. Départ 16h.
– La gare de bus de Khakarbita  est sur la droite à moins de 500m du poste frontière.
– Le bus vous dépose sur Ring Road à Katmandou, à 3km de Tamel.
– Durbar Square de Patan coûte 750 roupies, Katmandou 1000 roupies et Bhaktapur 1500 roupies. Pour éviter les guichets, les informations sont dans l’article.
– Swayambhu Pagoda, 200 roupies. A une heure à pied de Tamel.
– Boudhanath, 250 roupies. 20 min de bus pour 25 roupies.
– Les bus de ville partent de Ratna Park. Pour Patan, prendre un tempo (20 roupies). Pour Bhaktapur, les bus partent du terminus à côté de Ratna Park (25 roupies).
– Les meilleurs momos au bœuf de la ville, pour le prix (120 roupies), se trouve au restaurant
tibétain Gilliche. Sur la rue touristique de Thamel, juste à côté de l’épicerie.
– Bus depuis Pokhara, 600 roupies à Tourist Bus station. Départ 7:30. Entre 7 et 9h de trajet.
– Le bus s’arrête à 10min à pieds de Thamel (nord-ouest)