Archives par étiquette : Plage

Vamos a la playa.

Ho Coc.
On traverse la rivière Saigon en ferry, puis on répare Tango Charlie; il suffisait juste de retendre la chaine. On en profite pour faire un peu d’essence et les vidanges. Puis on roule jusqu’à la plage. On plante notre tente entre la mer et l’hôtel trois étoiles.

On y passera un peu plus d’une semaine. On se réveille avec le soleil et on s’endort avec le bruit des vagues sous les lumières des étoiles. On remonte le long de la plage pour trouver un coin où faire cuire des patates au feu de bois. Et quand il n’y a plus de patates pour changer des pâtes, on s’offre un restaurant. Quand il fait trop chaud, il y a la mer agréable; et il ne fait jamais froid. 

On prend nos habitudes et le personnel s’habitue à nous. Plus besoin de commander au bar, nos canettes de bière et coca sont déjà prêtes. Les sourires nous accueillent au réveil.

60,000 dôngs par personne pour planter sa propre tente. Il y a également possibilité de louer une tente sur place. Ho Coc Huong Phuong Beach Resort.

Vung Tau.
Pour éviter de passer un second week-end à Ho Coc qui se bonde de monde pendant deux jours, on décide de faire un crocher par Vung Tau avant de rejoindre la capitale. Une courte journée de route avant de monter les 800 petites marches qui mènent au Christ de plus de trente mètres de haut. Une vingtaine de minutes pour y parvenir, on a une belle vue sur la ville et la mer. On longe rapidement la plage que l’on entraperçoit à travers la foule.

Le delta du Mékong pendant Têt Viet.

On part dans la matinée pour parcourir les 90 kilomètres qui nous séparent de notre premier stop, My Tho. Une fois arrivés, on se rend à pieds voir les statues du Bouddha à une heure de là. Le complexe est sympathique en cette fin de journée. Il y a trois Bouddhas représentés, le rieur bedonnant, un allongé assoupi et un dernier qui précède l’entrée de toute sa hauteur.

On rejoint ensuite le bord de l’eau après avoir parcouru de sinueuses ruelles où les enfants sourient à notre passage en criant des « hellos ». On assistera au coucher du soleil sur le pont suspendu.

Départ le lendemain pour Vinh Long, à seulement 40 kilomètres de là. On passe plusieurs bras du Mékong, le dernier pont que l’on emprunte surmonte un bras gigantesque. Comme de nombreux locaux, on s’arrête au milieu pour photographier et apprécier l’endroit.Vient ensuite Can Tho où l’on espérait voir le marché flottant. Mais cette ville nous réserve pas mal de surprises. Après une heure de route sous le soleil, on repassera d’ailleurs un impressionnant bras du fleuve, on découvre que notre auberge est fermée pour les vacances de Têt. On part donc chercher un autre endroit où passer la nuit. Malheureusement, c’est assez compliqué de se faire comprendre. La cinquième tentative sera la bonne, et enfin on peut se poser. Repos cette après-midi, le réveil est prévu pour 5h30 du matin.Réveil très matinal, on quitte l’hôtel alors qu’il fait encore nuit pour se rendre au bord du fleuve. Le lever du soleil se fera depuis le pont, sur un fleuve vide. Visiblement, le marché flottant n’a pas lieu aujourd’hui. Le pays est en stand-by pendant Têt, surtout durant les trois premiers jours de cette fête. On se consolera avec un café glacé, notre premier dans le pays.

On se rend ensuite à Ba Dong, sur la côte. On quitte les routes principales pour s’enfoncer dans le delta. On traverse de nombreuses rizières, on croise beaucoup de temples et peu de monde. Le décors est superbe et pittoresque. On emprunte des semblants de ponts en bois qui tremble sous nos pneus. Une fois arrivée à destination, on retrouve le monde, l’endroit est bondé. Tellement bondé que notre réservation a été donnée à quelqu’un d’autre, heureusement il reste de la place dans l’établissement juste à côté. Le jour se couche et le monde se retire petit à petit. On prend le temps de se balader le long de la digue, la marée haute masque la plage que l’on découvrira le lendemain.

Après une journée de détente, on repart vers Hô-Chi-Minh en s’arrêtant à nouveau à My Tho en route. On avait prévu de rejoindre la plage d’Ho Coc et d’y attendre nos passeports. Mais un problème mécanique chez Tango Charlie nous oblige à revoir nos plans. On restera deux jours près de la capitale vide de monde avant de reprendre la route.

La côte Croate.

On a décidé d’emprunter la route côtière pour pouvoir apprécier le soleil et l’eau lorsque bon nous semblait. La route est longue et sinueuse mais les paysages sont magnifiques. Par contre, il n’y a aucune plage, la montagne plonge directement dans la mer et ne laisse derrière elle que des semblant de plages bien rocailleuses.

Premier arrêt dans la petite ville de Starigrad, donc l’accès est fortement déconseillé si vous avez le vertige et il vaudrait mieux savoir conduire en montagne tant la route est pittoresque et très étroite. L’eau par contre y est translucide et turquoise. Petite ville bien isolée et donc bien au calme. Après avoir laissé ces 3 km de presque sentier derrière nous, direction les chutes du parc national de Krka (qui ressemblent beaucoup à celles de Splitweiss).

Arrivée vers 17h en bas des chutes à dans une ville qui se rapproche d’une mini station balnéaire où l’on peut se baigner dans la rivière/lac. On repart pour trouver les chutes même, qui sont assez mal indiquées et éloignées de cette ville.

Garés sur le parking, ayant enfin trouvé notre chemin, on part appareil photo en poche. Sauf que l’entrée est payante (12 euros) ! Ayant l’habitude des parcs nationaux gratuits, on décide en tant que bons français d’attendre la fermeture de la billetterie et de se glisser dans les bois pour la contourner et donc pouvoir profiter gratuitement (et seuls) du parc; qui d’ailleurs est magnifique avec un ponton de bois aménagé sur toute la longueur de la rivière pour finir sur les dites chutes qui sont originales (mais qui devraient être gratuites). On remonte bien content les 800m de chemin caillouteux dans la pénombre du soleil couchant.

Le lendemain on passe entre autres les 10km de côtes bosniaques entravées dans la Croatie avant de se trouver une petite plage pour la nuit.

On arrive enfin à hauteur de Dubrovnik mais impossibilité de se garer pour aller visiter le château, on ne s’attarde pas trop donc et nous voilà repartis pour Cavtat où nous attend notre kayak de mer. De 10h30 à 16h on pagayera. On sort du port pour s’attaquer aux trois îlots qui nous font face, petite pause rafraichissante à l’abri de la seconde dans une eau extrêmement claire. En rejoignant la dernière, apparition inattendue de dauphins dans un cadre parfait. On décide ensuite de rejoindre la côté et de se baigner dès que l’occasion se présente sur notre retour au port. Toujours pas de beaux poissons. De retour au port après 5h30 de pagaiement et de coups de soleil, on se récompense avec une petite glace puis direction la baie de Kotor où l’on passera la nuit, au Monténégro.

A savoir :

  • A Krka, il y a la station balnéaire en bas des chutes (à environ 4 km) et le lieu de la visite des chutes en haut de la montagne. L’entrée est payante (20€/personne). Un grand parking gratuit à l’entrée. Il existe des chemins qui contournent l’entrée pour éviter de payer. Faire très attention de pas se faire attraper. La billetterie ferme à 19h30. L’accès y est plus facile ensuite.
  • Louer un kayak à la journée à Cavtat coûte environ 400 kuna (soit 50 euros pour deux personnes).